Lien vers page d'accueil, Portail Québec

Apprenez-en plus : rage.gouv.qc.ca
Questions? Commentaires? Contactez-nous!


ÉTAT DE LA SITUATION 2016
Nombre de cas actuel : 0

(voir note explicativeNote explicative pour le nombre de cas en 2015

Un cas de raton laveur rabique a été confirmé le 4 juin 2015 dans la portion
québécoise de la réserve d’Akwesasne, située à l’extrême sud-ouest de la Montérégie.
Une partie de cette réserve se trouve en Ontario et une autre partie dans l'État de New York (É.-U.).

En collaboration avec les autorités autochtones et ontariennes, les autorités
québécoises ont procédé à un épandage manuel de vaccins à la mi-juin et à la fin-août,
et d'autres activités de contrôle sont prévues en août. Ce cas de rage
ne menace pas le territoire du Québec, car l'environnement marécageux n’est pas
propice aux ratons et mouffettes.
)

Nombre de cas avant 2016 :
Année Nombre de cas
2015
1
2014
0
2013
0
2012
0
2010
0
2009
2
2008
32
2007
66
2006
4


Testez vos connaissances ...

Démasquons-les!

Opérations de contrôle

Les opérations de contrôle visent à contenir, à réduire et, éventuellement, à éliminer la rage du raton laveur. Elles regroupent généralement trois types d’intervention :

  • La vaccination des animaux sauvages par épandage manuel et aérien d’appâts vaccinaux, qui crée une barrière immunologique dans une zone;
  • L’étude de couverture vaccinale qui consiste à capturer et à relâcher des animaux dans un secteur vacciné pour effectuer des prélèvements et analyses et pour estimer le taux de vaccination des animaux sauvages;
  • Les interventions ad hoc qui peuvent combiner une opération d’échantillonnage (où l’on capture des spécimens pour analyse) et une opération de vaccination dans un certain rayon autour d’une zone où il n’y a jamais eu de vaccination et dans laquelle un cas de rage du raton laveur est rapporté.

Le plan d’intervention de contrôle 2016 prévoit, comme dans les années passées, deux opérations de vaccination : une première au printemps, pour augmenter le pourcentage d’animaux immunisés dans les zones critiques, et une seconde de plus grande envergure, en août et en septembre, afin de maintenir la barrière vaccinale établie depuis plusieurs années déjà. En tout, c'est près de 670 000 appâts vaccinaux qui seront épandus.


Les interventions de vaccination du printemps et de l’été 2016 en quelques lignes :

Dates :

  • 1re opération : du 19 au 28 avril 2016
  • 2e opération : du 20 au 26 août 2016
  • 3e opération : du 22 août au 16 septembre 2016
  • 4e opération : du 12 et 13 septembre 2016

Lieux visés par l'épandage aérien : les zones boisées

Lieux visés par l'épandage manuel : les zones boisées, les abords des cours d’eau et, à l’occasion, les poubelles!

Nombre d’appâts prévu : plus de 665 000 (près de 380 000 par épandage aérien et un peu plus de 289 000 par épandage manuel)

Territoire couvert par l’épandage aérien : 23 municipalités de l’Estrie et 45 municipalités de la Montérégie

Territoire couvert par l’épandage manuel : 10 municipalités de l’Estrie, 79 municipalités de la Montérégie et neuf parcs de la région de Montréal

À quoi ressemble un appât vaccinal?

L’appât vaccinal ressemble à un sachet de ketchup verdâtre ou à une grosse olive verte emballée individuellement... L’apparence des appâts importe peu aux animaux pour lesquels ils ont été conçus : ce qui attire les ratons laveurs, les mouffettes et les renards, c’est l’odeur de ces « bonbons »!

Leur enveloppe est très résistante, ayant été conçue pour résister à l’impact d’un largage aérien et aux caprices de dame Nature. En raison de leur couleur « camouflage », une fois épandus, ils se confondent avec l’environnement et sont très difficiles à repérer.

Quoi faire si vous en trouvez un?

  • Les appâts vaccinaux étant destinés aux animaux sauvages, il faut éviter de les manipuler, même s’ils sont sécuritaires pour les personnes, les animaux et l’environnement.
  • En cas de contact avec un appât perforé ou brisé, composez le numéro qui apparaît au dos des appâts ou joignez le service Info-Santé en composant le 811.
  • Pour se débarrasser d’un appât vaccinal intact qui se retrouverait par inadvertance dans un lieu passant, la meilleure solution est de le jeter aux poubelles. Il est recommandé de porter des gants pour le manipuler et de le placer dans un contenant étanche. S'il est perforé ou brisé,  éviter d’entrer en contact avec le liquide vaccinal et utiliser des outils pour le jeter dans un contenant étanche (sac de plastique, plat en plastique, etc.). Il faut toujours bien se laver les mains après des manipulations.

Opérations de contrôle antérieures


Politique de confidentialité

Logo du Québec
© Gouvernement du Québec, 2009-2015